Choisissez parmi nos 6 fiches conseils

Se préparer

Avant tout entretien, il est évidemment conseillé d’en apprendre un maximum sur l’entreprise et le poste convoité. Histoire, valeurs, engagements, certaines entreprises ont un réel patrimoine immatériel sur lequel s’appuyer. Connaître l’actualité du recruteur, les enjeux actuels du secteur, l’obtention, de prix ou évoquer des propos tenus lors d’interviews démontre l’intérêt du candidat. Une veille ciblée sur le web concernant les compétences recherchées,  les évolutions de carrière possibles, et les témoignages de collaborateurs peuvent servir de base à une auto-analyse pour identifier les points forts attendus et les aspirations à court et moyen terme.

 

> Le petit plus :

Pour prendre confiance en soi, certains tests en lignes sont de précieux outils. N’hésitez pas à vous entraîner.

Se présenter

Au-delà des détails évidents tels qu’arriver à l’heure, porter une tenue sobre et professionnelle, la priorité à ne jamais perdre de vue est de rester soi-même. L’entretien vise à découvrir une personnalité autant que les compétences. Le dialogue favorise une meilleure prise de contact. Le monologue sous forme de discours appris par cœur est à proscrire. Tout comme les poncifs, une connivence artificielle ou les catalogues de citations… Garder le sourire et ne pas verser dans l’agressivité si une question se montre déstabilisante. Il faut savoir trouver le juste équilibre entre excès et manque de confiance.

 

> Le petit plus :

Qu’il soit effectué en face à face, par téléphone, par internet ou en groupe, l’entretien d’embauche obéit aux mêmes principes : mettre en valeur ses atouts, être honnête sur ses défauts et donner envie au recruteur.

Se manifester

Que faire après son entretien d’embauche ? Comment savoir quand la réponse sera donnée ? Faut-il relancer le recruteur ? Pour fixer les paramètres de la suite à donner, il est important fixer une date de réponse. Cela permet de se manifester après quelques jours. Un mail de remerciement pour l’entretien envoyé dès le lendemain est un bon moyen de faire la différence, car il est rarement pratiqué. En cas de refus, et si cela est possible, vous pouvez demander au recruteur les motifs. Ses réponses sont autant d’indices pour se poser les bonnes questions et s’améliorer.

 

> Le petit plus :

Relancer est tout un art. Le faire au bon moment, ne pas harceler le recruteur et surtout ne pas se montrer agressif en cas de refus.